Journal de Bord : Ma vie dedans Hervé le RV

Nous voilà donc à la découverte de notre tout nouveau mode de vie pour les 6 semaines à venir : Le camping-car (ou Recreational Vehicle ici, ou R.V., ou Motorhome, ou…).

 Nous qui pensions avoir un gros RV, il ressemble plutôt à une Twingo par rapport à ceux des locaux mais il faut reconnaître que c’est tout confort (surtout après des années de camping en tente) : Toilettes, douche, cuisine, frigo, table et banquettes, clim et chauffage, 165L d’eau embarqués, 3 jours d’autonomie,…
Bon il a fallu apprendre à nous en servir seuls puique nous avons eu en tout et pour tout 10min d’explications en Anglais avec le mec de Cruise America qui faisait une vanne à chaque fois qu’on posait une question. Mais ça va, à l’usage et avec un petit manuel c’est assez simple, facile à conduire malgré ses 3m sur 10m, et très pratique à connecter dans le camping (electricité, eau, évacuation).
Sur la photo de droite Julie a l’air concentrée mais en fait elle fait juste couler de l’eau depuis une bonbonne…
Niveau popote, on a le stricte nécessaire ce qui nous va très bien, 3 casseroles, une poêle et une passoire. On s’est quand même acheté une cafetière car le café lyophilisé pendant 6 semaines ça nous rappelle trop le boulot (cf : salut les cons qui bossent).Niveau nourriture on trouve à peu près tout à part du pain et du fromage (enfin on en trouve mais on manque de courage pour en manger). Les emplacements sont souvent équipés de barbecue(s) donc on ne devrait pas mourir de faim.Pour la douche c’est top également, sauf pour Milan qui est habitué au bain et qui a du mal à se faire au jet. En même temps étant donné qu’il passe son temps à jouer avec de la terre et du sable on ne lui laisse pas le choix.

A côté de son père, Le petit wingman vérifie que tout se passe bien et profite du paysage pendant que je bulle sur le canapé derrière lui.
On voit également en haut notre petit sarcophage lit qui ne laisse aucune place à l’acrobatie mais qui nous convient très bien. Au moins en cas de réveil en pleine nuit, tu te lèves et BIM tu te recouches dans de doux songes.
Pour finir, les routes sont bien agréables, on peut se faire de petites haltes photos sans trop de soucis et admirer l’immensité des paysages de l’Ouest américain. On se fait doubler par des poids lourds de trois à quatre remorques, par des picks-up et des Harleys et là on se dit que ça y est on est bien en Amérique !

 

3 commentaires

  1. Whaouuuu, trop la classe ! Ca donne vraiment envie, les ratés du démarrage en moins 😉 Mon métro-boulo-dodo me paraît encore plus insurmontable ! Hâte de découvrir la suite de votre périple. Bisous

  2. D'abord Francis, et maintenant Hervé!… Elle est pas mal votre méthode pour trouver les noms d'enfants!… Allez profitez à bloc. Grosses bises.
    kiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *