Journal de Bord : Las Vegas

Que dire des ces quatre jours passés à Las Vegas : Le contraste !
Tout ce que nous avions aimé de cet endroit lors de notre voyage de 2008 (une des villes que nous avions préféré) nous apparaît aujourd’hui plus terne. Nous ne nous étions arrêté que quelques heures la dernière fois, avions été très impressionnés par les magnifiques extérieurs des hôtels, avions profité des adresses de standing et de leurs piscines (Bellagio), avions joué 3min aux machines à sous pour gagner 150$, et nous étions amusé de la débauche ambiante qui règne ici.
Cette fois nous nous retrouvons avec un enfant, à tenter de lui masquer cette même débauche, dans un hôtel vieillissant (Luxor) et sommes confrontés à l’arrière des façades, à savoir, des hordes de touristes qui mangent à « volonté » (ce mot prend tout son sens ici) des plats bien gras-gras et surtout qui boivent des litres et des litres de sodas et autres à toutes heures de la journée.
Ça c’était pour le coté négatif car on aura quand même bien profité de la piscine (importante quand il fait 43°c dehors) et des buffets histoire de se remettre du Jet-lag et commencer notre périple en pleine forme. Les buffets ouverts 24h/24 sont pratiques quand on vit la nuit, et économiques quand on peut manger matin, midi et soir pour 20€ par tête et par jour… et puis il faut bien que deux touristes mangent les haricots verts qui sont  dans le bac depuis le début de la semaine.
De plus lorsqu’on arrive après un voyage un peu dur en émotion (voir post précédent), 10h de décalage horaire et une valise en moins (avec tous nos travellers chèques dedans les gros malins !!!) il est quelques fois difficile de profiter instantanément ; on mettra donc cette impression négative de la ville sur le compte de notre mauvaise humeur post-aéronautique et on vous dira si ça fait pareil depuis le Wynn après quelques semaines en camping ! (ndlr : une simple visite du Bellagio aujourd’hui change déjà grandement l’impression d’ensemble et nous renvoie à notre visite de 2008)
Une chose est sûr c’est que Milan ne passe pas inaperçu ici, que ce soit auprès des mamies serveuses « Hey Awesome ! Hey Gorgeous ! Hey movie star ! Look at this laaaassshhh » ou des touristes : un américain du cru s’est bien fendu la poire en le voyant et nous a dit un truc du genre « Look at this child ! He is only two years old… I waited until my forty to go to Vegas !Voilà, on a pris ce qu’il y avait à prendre et on est très heureux de récupérer aujourd’hui notre camping-car pour aller retrouver l’authentique Amérique : les parcs, la nature, les grands espaces, les petites villes perdues, les barbecues… et commencer réellement nos vacances !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *