Monthly Archives: avril 2016

Journal de bord : Et on repart vers l’Ouest !

Après une grosse quinzaine de jours en direction de l’Est depuis San Francisco nous voilà à Moab [Mo-ab] et commençons à partir de maintenant notre retour à l’ouest.

La route de Monuement Valley à Moab nous a d’abord révélé des paysages magnifiques, on avait vraiment l’impression d’être au sein d’un parc avec des buttes et des mesas de tous les côtés .

La bonne suprise a été de trouver sur notre route le village historique de Bluff. Ce village de pionniers reconstitué permet de se replonger dans le quotidien des familles qui se sont installées dans cette bourgade. Chaque famille a une cabane meublée avec du mobilier de leurs ancêtres. On peut également se déguiser en pionnier et rider des calèches. C’est vraiment une halte très fun pour les petits qui sont repartis avec un pistolet en bois fabriqués par les retraités qui gèrent l’association. Toute la visite est gratuite et fonctionne aux tips donc aucune raison de s’en priver. Leur site Internet si vous voulez en savoir plus : Bluff Fort Historic Site

bluff

Nous sommes donc arrivé samedi soir sur Moab et là, big problème !

Journal de bord : Au pays des Navajos

Par chance, en cette semaine de gratuité dans les parcs nationaux américains, notre itinéraire nous a amené vers des parcs moins visités et on peut dire que nous ne sommes pas dérangés par la foule.

Tout d’abord Petrified Forest. Ce parc national regroupe une énorme quantité de bois pétrifié mais aussi des ruines des natives Pueblos. Nous sommes surpris par l’étendu du parc et le nombre de points de vue, il va falloir faire des choix. Nous visiterons donc la Crystal Forest sur les conseils du ranger.

Ce petit trail de 1,6 miles nous emmène au sein d’une forêt de milliers de troncs d’arbres pétrifiés.

Mais du coup, c’est quoi le bois pétrifié ? Il y a plus de 200 millions d’années,

Journal de bord : Meteor Crater

Nous continuons notre route vers l’est et dans la chaleur, direction Meteor Crater, au milieu du… du rien du tout de l’Arizona. Une ligne droite de 100km avec rien à voir dans toutes les directions ! Nice !

Comme nous l’avions lu ça et là, Meteor Crater est une entreprise bien rôdée avec passage obligatoire par le magasin de cailloux et de souvenirs et même un Subway inta-muros. On passe également par un petit musée pas mal fait qui explique notamment la difficulté du découvreur à faire valider, en 1903, ce cratère comme venant d’un astéroide et non d’un volcan. Quelques animations nous permettent de choisir le type de comète, la vitesse et l’angle et de la faire péter sur la terre… glaçant et rigolo à la fois ! Sachez qu’une meteorite de 200km de diamètre détruit la terre, vous pourrez dire que vous l’avez lu ici en premier quand ça arrivera !

Meteor Crater a été formé il y a 50000 ans par une météorite composée de fer et de nickel de 50 m de diamètre. Cela a provoqué un cratère de 1,4 km de diamètre et 200 m de profondeur. Malgré l’usine à sous familiale qui est derrière, on ne peut qu’être subjugué fasse à cet énorme cratère qui nous fait bien ressentir à que point nous sommes tous petits !

Le cratère a également servi de terrain d’entrainement à

Journal de bord : Sedona

De Flagstaff à Sedona, on gagne plus de 15 degrés en 30mn de route. Il fait un petit 28 bien agréable quand nous arrivons à Sedona et surtout nous découvrons une ville très chic dans un écrin de verdure surplombé de superbes buttes et mesa rouges. C’est splendide. Décidément l’Arizona est un état que l’on connaissait trop peu, et Sedona est l’une des plus belle ville que nous ayons vue, et elle n’avait pas encore tout révélé…

Ici tout est très axé sur le mystique avec plusieurs dizaines d’églises de toutes confessions et des randonnées à la recherche du Vortex (4 ont, parait-il, été « découverts » dans la région). On vous laisse chercher sur Wikipedia ce que c’est, nous on ne sait pas et on est surtout venu chercher de chouettes endroits. Et puis la méditation à 4 c’est pas évident, donc pour le côté mystique on repassera. En attendant, nous dormons à Old Canyon Creek, le long de la rivière. Par contre en pleine nuit se mettent à raisonner des hurlements d’animaux, probablement des cerfs en rut qui semblent être très proches ! Impressionnant !

sedona_4

Le lendemain nous partons pour

Journal de bord : la Route 66 et le Grand Canyon

Au départ de Las Vegas nous avons roulé jusquà Kingman pour prendre un détour qui nous emmène sur une partie très sauvage de la route 66 en Arizona.

route66_2

Ce détour traverse le désert Mojave et permet de visiter quelques repères bien préservés de la route. Kingman, Seligman sont autant de petites haltes très sympas : bar de motards, vieilles voitures cabossées, murs peints, répliques de quelques voitures du film Cars et magasins de souvenirs très très old school. Milan sera d’ailleurs très impressionné par l’un des vendeurs avec flingue à la ceinture.

route66_3route66_1Après une nuit à Williams, avec un beau feu de camp au coucher du soleil, nous repartons pour la visite du Grand Canyon. Pas de bol, ça tombe un dimanche sur notre itinéraire et le premier jour d’une semaine gratuite pour tous les National Parks, c’est donc vraiment blindé de monde même hors saison. De plus, les routes aménagées et les trolleys gratuits ne sont pas très propre à la méditation. Néanmoins, les points de vus sont sensationnels, encore plus que ce qu’on pouvait imaginer ou rendre en photos, on voit le canyon à perte de vue, avec les écureuils qui jouent les stars devant les appareils des nombreux touristes. Nous décidons de ne pas trainer et de reprendre la route pour des points de vus plus éloignés. Et là c’est toute la route 64 de Grand Canyon à Flagstaff qui va être incroyable. A chaque virage il y a des ohhh

Journal de bord : Vegas !

Déjà notre 5ème fois à Vegas et toujours cette même impression : la ville où tu es toujours content d’arriver mais encore plus de repartir. Cette ambiance mélée de lumières, machine à sous, cours des miracles, petites minettes avec les robes de leurs petites soeurs, voitures par milliers, petits vieux qui claquent leur retraite dans les casinos, bus de touristes, vendeurs de rue et autres enterrements de vie de garçon… C’est toujours sympa à retrouver mais on sature très vite et après 3 jours ici on est bien content de repartir dans les parcs nationaux. Même Milan « n’en peut plus de voir des machines à sous ».

En attendant nous avons passé 3 bonnes journées ici, deux d’abord au KOA de Sam’s Town où nous avons découvert un hotel très sympa en périphérie de la ville.

samstown

Sorte de Central Park, avec forêt, rivière, cascade, animaux, immeuble Newyorkais, le tout sous une immense verrière et entouré (on est quand même à Vegas !) d’une galerie marchande avec de petits commerces et des restaurants. Nous avons pu assister à un spectacle

Journal de Bord : De la côte Pacifique à Las Vegas

Alors je le dis tout de suite, ce ne sera pas la partie la plus sympa du voyage. Nous ne sommes pas de grands amoureux du désert Mojave, mais cette route est incontournable pour rallier Vegas depuis la côte ouest. Nous y avons tout de même fait de belles découvertes lors de ces deux jours de traversée entre la côte Pacifique et Sin City.

Tout d’abord de superbes paysages vallonnés façon colline Windows sur la route au Sud de San Luis Obispo, des kilomètres de campagne verdoyante en ce mois d’avril. Une route reposante et qui change des paysages que nous avions vus jusqu’alors aux Etats-unis.

DSC_0351

Nous avons longé la côté vers le Sud jusqu’au village de Solvang,

Journal de Bord : de San Francisco à San Luis Obispo, la Highway 1

Après avoir récupéré notre camping-car vendredi midi, nous arrivons, sans course, avec pour seules réserves nos restes du vol (oui encore !), au KOA de Santa Cruz. C’est le début du week-end, les familles sont déjà installées autour du feu de camp, des enfants s’entrainent au baseball dans un coin du camping et les barbecues sont déjà en route. Le pudding de British Airways goût sopalin nous semble bien triste. Le restaurant du camping propose des plats entre 40 & 60$, il ne nous reste que le général store qui ne propose que du vegan, végétarien, gluten free, bio,… 7$ le paquet de pain de mie. On terminera à faire un apéro biobiograingrain Houmous, Half Moon Bay amber ale, pain, noodles bio-vegan à 50$ ! Mais ON Y EST, et le camping-car est on ne peut plus confortable ! Les enfants font leur première rencontre avec les autochtones le lendemain matin au playgound du camping, Milan dit hello, bye et thanks, aux Américains, Hugo leur jette du sable dans les yeux, on s’intègre à notre façon !

Nous repartons le lendemain pour Marina Dunes à 1 h de route le long de la Highway 1. Nous découvrons déjà de superbes paysages et une végétation luxuriante : eucalyptus, pin, cactus, palmiers et des champs de fraises, artichauts, et autres fruits et légumes tout au long de la route. Nous nous arrêtons faire le plein de fresh food dans une « ferme » qui vend à peu près tout ce qui existe en matière de fruits et légumes à des prix défiants toute concurrence (0,99c les 4 avocats !)

A Marina Dunes State Park nous arrivons cette fois avec le plein de courses, tout devrait bien se passer. Un petit trail nous emmène directement du camping sur la côte par un petit chemin dans les dunes, du haut on voit jusqu’à Pacific Grove. Et, alors que nous qui venions de renoncer à la croisière « safari »  en haute mer de 3 h avec les petits, nous voyons apparaitre un premier jet au loin, puis 2, puis 10,… Un groupe de baleines passe à quelques centaines de mètres de la plage. Du haut de notre dune nous voyons distinctement leurs jets et leurs dos quand elles remontent. Ce sont des humpback whales ou baleines à bosses qui empreintent cette route pour remonter vers le nord. Nous sommes comblés de voir des baleines depuis la plage,

Journal de bord : de Lyon à San Francisco

Nous voilà arrivés à San Francisco après près de 22h de voyage. Cette fois pas de grosses embuches, toutes les valises sont là, l’A380 n’a pas fini dans le grillage d’Heathrow, un mec des douanes Américaines nous à fait passer devant tout le monde grâce à Hugo (ce qui nous à fait gagner une grosse heure d’attente à l’arrivée) et la navette de l’hôtel nous a bien récupérés comme prévu.

IMG_1016

Notre suite royale

 

Certes notre avion s’est engagé sur la piste à Londres avant de faire demi tour pour déposer un passager malade, puis il a fallu vider l’avion pour sortir sa valise, puis refaire le plein d’essence pour pouvoir rattraper le retard sur le chemin, puis refaire la queue jusqu’à la piste… bref plus de deux heures à attendre dans l’avion pour finalement une petite heure de retard de l’autre coté.

Autrement le vol s’est bien passé, parfait pour Milan qui a regardé des films et joué à des jeux vidéos (merci l’A380 !) plus compliqué pour Hugo qui « voulait sortir dehors » après 3 ou 4h de vol et alors qu’il en restait au moins 6 ! Pedro, flippé en avion a été bien sage,